6 expressions françaises décortiquées sur les bons et mauvais payeurs

mauvais-payeurs-factures

L’apparition du concept d’échange et de troc dans l’histoire de l’humanité a rapidement donné naissance à la notion de crédit, où l’une des parties ne donne pas sa part immédiatement mais la promet. Et cela bien avant l’apparition du concept de monnaie. Les retards et défauts de paiement ont été dès lors tellement courants que beaucoup d’expressions relatives aux bons et mauvais payeurs sont apparues.

Nous (Moment) avons creusé certaines expressions dont la langue française regorge, ainsi que leurs équivalents en Anglais. (Nous proposons également une tentative de traduction en Emoji qui n’engage que nous).

Les bons payeurs

1. Payer rubis sur l’ongle // ??

Equivalent de “payer comptant”, “jusqu’au dernier sou”. Provient de l’expression du XVIIe siècle, “faire rubis sur l’ongle”, où le rubis est ici le nom donné à la dernière goutte de vin lors de beuveries. Celle-ci était alors versée sur l’ongle, puis léchée. Au fil du temps, c’est devenu une métaphore pour dire « payer jusqu’au dernier centime ».

In English: To pay on the nail (UK)

2. Payer au cul du camion // ? ?

Payer directement à la livraison, sans crédit, littéralement derrière le camion dont la marchandise vient d’être livrée. Utilisée également pour signifier une vente sans recourir à un intermédiaire.

In English: To pay cash on the barrelhead (US)

3. Payer en espèces sonnantes et trébuchantes // ??⚖️

Expression relative d’une part au bruit reconnaissable lorsque les pièces s’entrechoquent (à la condition qu’elles ne soient pas fausses). D’autre part, fait référence au ‘trébuchet’ qui était au XIVe siècle une petite balance à plateaux servant pour la pesée de petits poids comme des bijoux ou de l’or. Une pièce ‘trébuchante’ se disait d’une pièce dont on avait pu constater qu’elle avait le poids requis après qu’elle a été ‘trébuchée’, soit pesée sur un trébuchet.

In English: In coins of the realm (UK). “Cold hard cash” (US)

Les mauvais payeurs

4. Payer en monnaie de singe // ????

Payer en grimaces ou en fausse monnaie, au lieu de payer réellement. Datant du XIIIe siècle, où une taxe fut instaurée pour traverser le pont qui, à Paris, reliait l’île de la Cité à la rue Saint-Jacques.
Il y avait toutefois une exception à cette règle : les forains, bateleurs ou jongleurs qui possédaient un singe pouvaient, en guise de paiement, faire faire son numéro à leur animal. C’est cette forme de paiement particulier qui a donné naissance à notre monnaie de singe.

In English: To pay in monkey’s money. To let someone whistle for his money. (UK)

5. Payer sans bourse délier // ??

Sans payer. Sans qu’il en coûte rien. Sans avoir la nécessité de ‘délier’ le cordon de sa bourse afin d’en sortir la monnaie nécessaire…

« Je vois ce que c’est : le maraud voudrait me payer mes cent écus sans bourse délier ». Beaumarchais — Le Barbier de Séville

In English: Without forking out a penny (UK)

6. Payer à la Saint Glinglin // ???

A une date hypothétique, dans très longtemps, voire jamais.

Il ne s’agit pas ici de l’éphéméride d’un certain Glinglin. Le mot “Saint” vient de la déformation de seing (un signal, une signature, comme dans sous seing privé) qui, en ancien français, a désigné une sonnerie de cloche puis la cloche elle-même. ‘Glinglin’, vient de glinguer, signifiant “sonner, résonner”. Ici le paiement sera effectué après un certain son de cloche, un jour…

In English: When pigs can fly (UK)

Et vous, êtes-vous payé plutôt Rubis sur l’ongle ou en Monnaie de singe ? Pour vos prochaines factures, couvrez-vous contre des paiements à la Saint Glinglin avec Moment

Sources: expressio.fr, wikipedia.org, emojis from emojipedia.org


Sur le même sujet…