Retard de paiement : les situations à risque

risque-facture-impayee

Les retards de paiement sont à l’origine de 25% des faillites des TPE et PME en France. Il est primordiale d’avoir en tête les situations à risque lors de la contractualisation avec des entreprises partenaires. Cela permet de prévoir avant la signature du contrat les clauses à insérer et les points sur lesquels rester attentif pendant la négociation.

Nous vous donnons les clefs pour éviter quelques situations dont on sait par avance qu’elles peuvent provoquer des retards de paiement.

Les contrats avec des grands groupes

Les grands groupes français sont réputés pour être mauvais payeurs. En fait il faut dissocier deux aspects :

  • les délais de paiements qui sont souvent à date d’échéance + 60 jours , voire 90 jours fin de mois
  • les retards de paiement qui s’ajoutent aux délais de paiement

Ces pratiques peuvent s’avérer désastreuses pour les TPE et PME qui fournissent ces grands groupes.


Effets en trésorerie d’une absence de retard de paiement (en millliards d’euros)
source : Rapport annule de l’Observatoire des délais de paiement, 2018

Une étude de l’Observatoire des délais de paiement montre que les grands groupes souffriraient le plus d’une absence de retard de paiement. Soit un manque à gagner de 13 milliards d’euros toujours selon cette étude. Les PME elles retrouveraient pour 19 milliard d’euros de trésorerie.

Ces chiffres expliquent le déséquilibre entre créances détenues par les grands groupes et manque à gagner pour les TPE et PME.

cette situation s’expliquent en partie car souvent les responsables métier et facturation ne se connaissent pas dans les grands groupes. Par ailleurs le nombre d’interlocuteurs et les processus internes de validation avant paiement des factures sont nombreux.

Enfin les délais de facturation ne tiennent souvent pas en compte des délais de fournisseurs, ce que montrent les chiffres du graphique plus haut.

Les factures à livraison sont un risque

Ce type de facture est courant dans le conseil mais aussi l’industrie ou la publicité et la communication.

Dans ce cas le client paye une partie de la prestation avant le début du projet. A la livraison du projet (quelques semaines ou quelques mois, en fonction de la nature de la prestation), le fournisseur envoie une facture avec le reliquat.

Le client qui a le livrable en sa possession est parfois moins prompt à régler le restant de la facture.

Il existe des techniques simples à mettre en place pour éviter les factures impayées dans ce cas.

La prestation sous-traitée

Ce cas de figure arrive quand une entreprise porte le projet et qu’elle sous-traite tout ou une partie des livrables à une ou plusieurs autres sociétés.

Ici chacun attend que son client le paye pour payer son fournisseur. Ce phénomène de casacade pénalise encore une fois les acteurs en bout de chaîne, donc les TPE, les PME et les freelances.

Les délais peuvent être très longs dans certains cas, surtout si le donneur d’ordre est un grand groupe qui a l’habitude de payer avec du retard.

Julien Rey revient sur ce phénomène dans cette vidéo :

Aujourd’hui on assiste à un phénomène de plus en plus courant : les TPE ou PME préfèrent se priver d’opportunité de marché plutôt que de faire face à des retards de paiement qui peuvent mettre en danger leur entreprise. En effet ces retards causent des besoins de trésorerie importants qui peuvent mettre à mal une société qui a elle-même besoin d’avancer de la trésorerie pour mener à bien une commande.

La solution d’assurance à la facture contre les retards de paiement de Moment accompagne les entrepreneurs afin de les soutenir dans leur croissance.


Sur le même sujet…